infographie-observatoire-valtus-transformation-entreprises-2019

Valtus publie aujourd’hui la deuxième édition de son Observatoire de la Transformation, en partenariat avec IPSOS. Celui-ci dresse un panorama des enjeux de transformation des entreprises.

Réalisé auprès de 1000 experts de la transformation (301 dirigeants d’entreprise et 691 managers de transition) et d’un échantillon représentatif de plusieurs milliers de salariés français (issus de tous les secteurs d’activité et travaillant dans des organisations de plus de 100 salariés), cet observatoire a plusieurs objectifs :

  • Analyser les transformations des entreprises ;
  • Détecter les signaux forts et les signaux faibles des mutations en cours ;
  • Mesurer et comprendre les attentes des salariés ;
  • Eclairer les dirigeants sur les facteurs clés de succès d’une transformation réussie.

Si l’étude a été réalisée en amont des événements de la crise Covid-19, il apparaît que le confinement et les enseignements de la période confirment les tendances inscrites dans l’étude. Les enjeux de transformation des entreprises sont, plus que jamais, au cœur des stratégies et des préoccupations des entreprises.

LES RAISONS QUI POUSSENT LES ENTREPRISES A SE TRANSFORMER

Si la 1ère édition de 2018 plaçait la transformation digitale au cœur de tous les enjeux des entreprises avec l’évolution des besoins et attentes des clients, l’amélioration de la performance économique et l’apparition de nouvelles concurrences, cette 2ème édition est marquée par :

  • la nette montée des enjeux environnementaux ;
  • et l’importance de l’enjeu d’attractivité et de la rétention des talents dans les moteurs qui poussent à transformer.

Surtout cette deuxième édition montre que le facteur humain est plus déterminant que jamais pour réussir sa transformation.

1 / L’écrasante primauté du facteur humain dans la transformation

On observe que le facteur humain et plus spécifiquement, l’évolution du mindset du management et des collaborateurs pour plus d’autonomie et de responsabilité, le développement des modes collaboratifs, la mise en cohérence des valeurs et de la culture de l’entreprise, constituent les défis majeurs de toute transformation, devant les enjeux technologiques ou la relation commerciale.

Cet observatoire montre un décalage de perception entre les dirigeants, managers de transition et les salariés :

  • Si 71% des dirigeants et professionnels de la transformation citent le facteur humain et la dimension culturelle comme les facteurs clés de réussite d’une transformation mais comme étant ceux les plus difficiles à mettre en œuvre,
  • seuls 11% des salariés français jugent que la culture managériale ainsi que la capacité à attirer et garder les talents ont vraiment progressé dans leur entreprise ces deux dernières années.

2 / La raison d’être devient un sujet primordial

Autre évolution nette : la montée en puissance de la raison d’être qui apparaît pour la première fois en très forte progression dans les défis clé pour les dirigeants et les managers. 42% la citent comme défi essentiel, presque au niveau du besoin de nouveaux modes collaboratifs et de la nécessité de mettre en cohérence la transformation avec les valeurs et la culture de l’entreprise, item tous deux cités par 46% des dirigeants et managers.

Le palmarès des entreprises aux raisons d’être les plus inspirantes place des marques très représentatives et ayant une certaine maturité sur ces sujets comme Google, Amazon, Tesla parmi les marques étrangères, LVMH, Danone et Michelin en France. La MAIF et Décathlon sont également très bien placées.

3 / La vision et l’écoute toujours clé du succès des dirigeants

Pour réussir une transformation d’une entreprise, deux qualités apparaissent comme déterminantes :

  • La capacité d’écoute et de dialogue ;
  • La capacité à porter une vision.

Toutes deux sont citées par 61% des dirigeants et managers loin devant la persévérance, l’adaptabilité et la capacité d’influence.

Cette deuxième édition met d’ailleurs en exergue la fonction de Direction Générale qui rentre dans le classement des 4 fonctions les plus impactées par la transformation. C’est bien aux Directions Générales qu’incombent la responsabilité de transmettre une vision claire, de porter les valeurs et la raison d’être de l’entreprise.

Un classement qui vient souligner l’importance de l’adhésion des équipes dans un processus de transformation.

LES NOUVELLES FAÇONS DE TRAVAILLER ET LA FONCTION DES RESSOURCES HUMAINES IMPACTÉE DANS LES TRANSFORMATIONS A VENIR

Il est intéressant de noter qu’avant même la crise sanitaire, les nouvelles façons de travailler et les nouveaux modes d’organisation et de management étaient cités comme facteurs sociétaux principaux des transformations à venir des entreprises et des organisations, à un niveau d’importance équivalent à celui des mutations économiques (révolution digitale, attentes clients, performance de l’entreprise, nouvelles concurrences.)

Dans les fonctions déjà impactées et qui vont l’être encore dans les prochaines années, la Direction Ressources Humaines se retrouve en deuxième position citée par 43% des sondés dirigeants d’entreprise et managers de transition, au même niveau que la Direction des Opérations et tout près des DSI, Systèmes d’Information (51%). Au-delà des business model qui sont impactés, l’Observatoire de la Transformation montre que c’est l’organisation et la personnalité de l’entreprise qui doivent évoluer.

LES ÉCARTS ENTRE SECTEURS RESSENTIS DE FAÇON ENCORE PLUS NETTE

Cette nouvelle édition de l’Observatoire de la Transformation fait apparaître, au même titre que la première édition, que tous les secteurs ne sont pas au même stade sur le chemin de la transformation. Ainsi, et même s’il s’agit de perceptions, la banque, le BTP et le secteur public sont considérés début 2020 comme « en retard » quand les secteurs de l’high-tech, des médias, du service et du conseil sont jugés « en avance ».

Parmi les entreprises les plus citées comme exemples d’une transformation réussie : La Poste, PSA, Schneider, Danone, LVMH Accor, la MAIF.

Philippe Soullier : « Cette deuxième édition de l’Observatoire de la Transformation a pris en compte les perceptions des managers de transition, mais également les perceptions des dirigeants d’entreprise et des salariés. Il démontre l’importance du facteur humain dans la mise en œuvre des transformations. La fonction des Ressources Humaines va donc être inéluctablement impactée dans les années à venir. Nous saluons aussi la montée en puissance de la raison d’être tant nous savons dans notre métier combien le sens est au cœur des réussites collectives. Valtus est fier d’offrir au marché cet instrument d’analyse qui se veut aussi un outil de gouvernance évidemment très utile dans le contexte que nous savons. » commente Philippe Soullier, Président de Valtus.

Anne-Hélène Fradet : « Cette nouvelle édition met en exergue le défi de la transformation culturelle des entreprises : le hiatus est devenu prégnant pour des salariés qui souhaitent contribuer aux changements mais se heurtent à de fortes contraintes organisationnelles au quotidien, limitant leur capacité à agir. La crise que nous venons de traverser, en révélant les fragilités mais aussi la capacité d’adaptation et de résilience des entreprises, offre une opportunité exceptionnelle d’accélérer la transformation en capitalisant sur l’expérience des derniers mois. Le défi pour les entreprises consiste à insuffler et déployer un leadership à la fois responsable, qui porte une vision inspirante avec un impact positif sur la société ; et inclusif, qui permette à chacun d’apporter sa contribution au projet collectif et de se développer dans ses missions. Ce qui appelle à de nouvelles manières de collaborer dans les organisations, mettant au cœur des pratiques l’autonomie et la responsabilisation. » commente Anne-Hélène Fradet, Directrice au sein d’Ipsos Lead.